Boutigny-sur-Essonne
notre village
Situation géographique et Démographie de la population , plan et une vidéo ( qu'il fait bon vivre à Boutigny )et
Notre village au printemps 2014      
Présentation du village en quelques photos.
         et de plus Paysages sous la neige
       une photo relique Boutigny sur Essonne en 1860
  Toujours Boutigny sous la neige 12.12.2010
Boutigny 3 ème fleur 1 novembre 2011
Boutigny 3 ème Fleur 2014
Votre Boulangerie au
fil du temps  - Année 1926
Photo inédite 1
Photo inédite 2
Photo inédite 3
Photo inédite 4
Photo inédite 5
Un peu d'histoire. suite histoire de boutigny 

Des cartes postales anciennes et les "lieux-dits".

Ce que pensent les spécialistes.

L'Essonne, notre département.

Boutigny, commune du Parc Naturel Régional du Gâtinais  et des cressonnières

https://photos.google.com/share/AF1QipPkrjRwqnfJmhC4RRQNesqbb1UXUxL8xZL9FDPFdK9Dyk51Z3CYO8-LCf36HsW0hw?key=SHZ6T29Remo5bjFrY1V6c1dLLWR0ZkdRQ1JRWEJBLe jumelage  avec LANS.

Boutigny, village fleuri ( reportage photos ), son patrimoine ,

CHIARS ( un site d'origine médiévale )

Boutigny,
son blason , son logo et son étendard

 

.
 

 

 

 

 

 

 https://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9w3g?hl=fr&key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3

 

 

 

Situation géographique.

 

Partez de la Gare de Lyon, dans Paris, tirez un trait droit vers le Sud, et à 50 km environ, vous découvrez notre village.

Boutigny est situé sur la rivière Essonne, dans son cours supérieur, là où l'eau est encore propre et le plus souvent très claire. Le paysage est boisé, puisque faisant partie de ce massif qui joint les forêts de Fontainebleau et de Rambouillet.

Démographie ( Évolution de la population ) - données recensement

Année
1968
1975
1982
1990
1999
2006
2008
2012 - 2013 - 2014 - 2015- 2016
nombre d'habitants
1054
1515
1979
2556
3000
3075
3096 3075 - 2979 - 3075- 3032- 3046

Plan.

 Cliquez ICI pour voir un plan de Boutigny. Pour voir aussi les alentours, vous pouvez utiliser  Via Michelin  

Pour ceux qui ont des habitudes "maritimes", voici les coordonnées du village :   48° 26' 7" Nord, 2° 22' 37" Est.


 
https://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9https://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9w3g?hl=fr&key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3w3g?key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3https://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9w3g?key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3https://photos.google.com/share/AF1QipPkrjRwqnfJmhC4RRQNesqbb1UXUxL8xZL9FDPFdK9Dyk51Z3CYO8-LCf36HsW0hw?key=SHZ6T29Remo5bjFrY1V6c1dLLWR0ZkdRQ1JRWEJBhttps://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9w3g?hl=fr&key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3
Cette carte du Sud de l'Île de France situe Boutigny, sur la rivière Essonne, sur la ligne du R.E.R. D, entre La Ferté Alais au Nord et Malesherbes au Sud, Étampes à l'Ouest et Milly la Forêt à l'Est.
La zone dessinée en vert correspond aux limites du
Parc Naturel Régional du Gâtinais Français.

Accès par la route.

Pour calculer votre itinéraire, vous pouvez utiliser Via Michelin https://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9w3g?hl=fr&key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3

Population en 1999
Population en 2008
Population en 2010
Population 01-2011

Population 2014

Population 2016

3027 habitants
3114 habitants
3124 habitants
3136 habitants

3075 habitants

3046 habitants

Superficie :

1620 hectares

Altitude :

60 mètreshttps://photos.google.com/share/AF1QipPkrjRwqnfJmhC4RRQNesqbb1UXUxL8xZL9FDPFdK9Dyk51Z3CYO8-LCf36HsW0hw?key=SHZ6T29Remo5bjFrY1V6c1dLLWR0ZkdRQ1JRWEJB



Voici quelques photos de Boutigny : des vues aériennes de 2008, et le Plateau de Marchais.

Retour...

 

 

 

 

 

Un peu d'histoire.

L'origine du nom de Boutigny-sur-Essonne viendrait des anciennes formes Botegnacio, Boutigniacum et Botigniacum qui indiquent peut être sa formation à partir de l'anthroponyme romain Botegnacio avec le suffixe latin de propriété -accus, complété avec le nom de la rivière. 

Peinture à base d'ocre représentant un cervidé ...
ou un cheval

La préhistoire.

Boutigny et sa région sont riches en vestiges préhistoriques, en particulier sur les massifs rocheux dominant l'Essonne, qui ont pu fournir des abris aux populations préhistoriques. On trouve dehttps://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9w3g?hl=fr&key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3 nombreux dessins et gravures de cette époque. C'est ainsi que fut découverte en 1953, dans la grotte de la Justice à Boutigny, une très belle peinture à base d'ocre, très bien conservée, représentant un bovidé au pelage tacheté. Notez que d'autres sources disent qu'il s'agit d'un cheval.

De nombreux vestiges des périodes suivantes - âge du fer, âge du bronze - ont également été retrouvés sur le territoire de la commune, toujours dans les massifs rocheux : roches sculptées, silex taillés, objets de bronze, vestiges d'habitat.


L'époque gallo-romaine.

Les traces de cette époque semblent moins abondantes que les précédentes. Avant la conquête de la Gaule par les Romains, la région était peuplée par les "Sénons" (dont la capitale était Sens), les "Parisii" (dont la capitale était Lutèce) occupant le nord de l'Essonne jusqu'à Ballancourt et Fontenay-le-Vicomte. A Boutigny, un camp romain aurait existé au-dessus du hameau des Audigers, au Sud du village.
Il faut noter qu'il existe les traces d'un camp plus important au-dessus de Milly la Forêt.

Et plus loin vers le Sud, au niveau du village de Buno-Bonneveau, il existe un important cimetière gallo-romain comportant plus de 500 sépultures. C'est sur ce site que fut découverte un des premiers implants dentaires : une dent en fer forgé fixée dans la mâchoire supérieure d'un crâne retrouvé dans une de ces sépultures.

Époque franque.

Près du hameau de Jars, des sarcophages de cette époque ont été découverts lors de l'exploitation d'une sablière. Divers ossements, des armes et des objets de bronze et de fer ont complété ces découvertes.

L'origine de la paroisse.

Le nom de la seigneurie de Boutigny n'apparaît que vers 1202, au temps de Guillaume Le Chambellan, fils d'Adam II le Chambellan, seigneur de Beaumont-du-Gâtinais, de Mondeville, de Boutigny et de Fontenay-le-Vicomte.

Il semble que Boutigny ait été d'abord sous la domination de la seigneurie de Chateau-Gaillard - château qui aurait existé au Sud du village, et dont il ne reste que le nom d'un lieu-dit - avant de passer sous celle des seigneurs de Marchais.


Le Moyen Âge.

Les seigneuries de Marchais et de Boutigny passèrent dans diverses familles. Au XIVème siècle, on trouve un "Anceau de Villiers, seigneur de Boutigny". Puis on trouve une famille "de Soignes". Le 12 novembre 1459, un certain "Denis de Traisnel" achète les seigneuries de Marchais et de Boutigny, et en fait "aveu" au roi; on trouve dans cet "aveu" -sorte d'acte de propriété - la description des différentes terres, moulins, fermes et demeures qui constituaient les seigneuries.


Du XVème siècle à la Révolution.

Plan d'intendance de Boutigny

On trouve aux anciennes Archives de Seine et Oise, aujourd'hui transférées aux archives des Yvelines, de nombreux documents retraçant les transactions entre les possesseurs successifs de la seigneurie de Boutigny.

Le 12 mai 1481, un "Jacques de Renty, chevalier, seigneur de Montigny-le Ganelon et de Boutigny", "avoue" tenir de "noble homme Louis de Graville" de nombreuses terres, bâtiments et même "quarante journées d'officier en la ville de Boutigny, de Marchais et de Pasloup"!

Le nom de Michel de l'Hospital est intimement lié à celui du Château de Belesbat, qu'il fréquente dans les années 1550, et où il meurt en 1573.

Le 24 juillet 1571, acquisition de la terre de Boutigny par Robert Hureau.

Plus tard, en 1699, apparaît "Charles-Paul Huraut de l'Hôpital, seigneur de Belesbat, Boutigny et Courdimanche, des Prés de Jarcy, Mainvilliers, Les Poullies et autres lieux".

 La Révolution et le Premier Empire.

En 1789, Boutigny compte environ 580 habitants. Comme dans beaucoup de villages français, un "Cahier de doléances" est rédigé. Il est écrit avec les conseils d'un M. Pineau de Villeneuve, magistrat, et signé entre autres par deux botignacois nommés Froyer et Henry Charpentier, qui furent désignés comme députés. Après une introduction demandant l'égalité des citoyens devant l'impôt, les revendications portent sur la chasse aux pigeons, les corvées, la gabelle, et plus généralement les impôts supportés par le peuple.

A partir de 1792, les registres d'État Civil sont tenus par la municipalité, et signés "Froyer, officier public".

L'occupant du Château de BELESBAT était alors un certain "citoyen Chestret", qui était favorable aux idées de la Révolution.https://photos.google.com/share/AF1QipO9RPCTufQZ7NnydGVGv7XBx8Tr3qpg5QTv--H17yPEuQSjL-nYWAVfuVvX3J9w3g?hl=fr&key=V1UwTGoxYWx4b0ViZ0hZQ1I5aVhVS2pmUVdkWTB3

C'est à cette époque que Boutigny se trouva inclus dans le département de Seine et Oise, qui survécut jusqu'au nouveau découpage qui donna naissance à celui de l'Essonne.

Sous le Premier Empire, vers 1810, Boutigny dénombrait :

- 3 charrues à la Grande Ferme de Marchais;

- 2 à la ferme appartenant au domaine de Vayres, à Marchais;

- 1 à la ferme du Mesnil-Marchais;

- 2 à la Petite Ferme de Duroure, à Marchais;

- 1 à la ferme du Pressoir;

- 1 à la ferme de Pasloup.

N'oublions pas la vigne, qui occupait à cette époque 57 hectares sur la commune.

 

De la Restauration à la Troisième République.

Boutigny s'est beaucoup développé durant cette période, grâce à deux faits importants : la création de la ligne de chemin de fer de Paris à Montargis, d'une part, et l'essor de l'exploitation des carrières de grès.

La guerre de 1870 laisse de très mauvais souvenirs à Boutigny. Les Prussiens, arrivés en Septembre 1870 occupent la région. Ils sont harcelés par des francs-tireurs, et se livrent à des représailles sur la population. 1200 hommes environ occupent la région, et en particulier la gare de Boutigny.

Après la guerre, la commune dut payer les contributions perçues par les autorités Prussiennes, et elle va devoir pour cela contracter un emprunt, qui pèsera lourd sur les habitants.

 

Après 1870.

La fin du 19ème siècle et le début du 20ème ont vu un grand essor des carrières, créant une activité importante. A la Belle Epoque, Boutigny était considéré comme l'une des "capitales du pavé et de la bordure de grès". Une centaine de carrières occupait environ 300 habitants sur 800. Cette activité avait attiré des métiers complémentaires : forgerons, charrons, bourreliers, mais aussi des cafés et des pensions. L'activité était encore facilitée par lahttps://photos.google.com/share/AF1QipPkrjRwqnfJmhC4RRQNesqbb1UXUxL8xZL9FDPFdK9Dyk51Z3CYO8-LCf36HsW0hw?key=SHZ6T29Remo5bjFrY1V6c1dLLWR0ZkdRQ1JRWEJB présence de la voie ferrée, qui permettait d'expédier chaque jour vers Paris de 15 à 20 wagons de pavés et de bordures.

 

1944 : la libération de Boutigny.

Les premiers véhicules américains, devant le café de Vayres.

Les premiers véhicules de l'Armée américaine arrivèrent dans la région par la route venant de Bouville, le 17 Août 1944. Ils prirent position au passage à niveau reliant Boutigny à Vayres, et ouvrirent le feu sur la gare, occupée par les Allemands (une fois de plus!), qui furent surpris par cette attaque. A ce moment, les lieux sont survolés par des avions américains. Mais les véhicules américains décrochèrent vers Bouville, et les Allemands reprirent leur place à Boutigny. La journée du 18 resta calme; au matin du 19, les Allemands avaient évacué la gare.

Le 20, le bruit des combats qui se déroulaient aux alentours arrivèrent jusqu'à Boutigny. Le 21, les combats se rapprochèrent encore, les Allemands restant toujours présents.
Mais le 22, les derniers évacuèrent le village en début d'après-midi. Enfin, le 23 au matin les premiers véhicules américains arrivent dans Boutigny, les cloches sonnent, la population pavoise, Boutigny est libéré !

Bibliographie.

Pour en savoir plus sur l'histoire de Boutigny, vous pouvez consulter le livre "Trois villages en Essonne" - qui parle de Boutigny et de deux communes voisines qui sont liées de près à notre village, Vayres sur Essonne et Courdimanche. Ce livre de Monsieur Roger BAILLY est édité aux Éditions AMATTEIS.

De nombreuses informations figurant ici sont tirées de ce livre.

 - De plus vous pouvez élargir vos recherches dans la collection "Le Patrimoine des Communes de France" des Éditions  FLOHIC  avec la collaboration rédactionnelle de  Gérard  Halter pour le canton de la Ferté-Alais .

Archives départementales.

Les archives départementales de l'Essonne sont installées au Château de Chamarande, où chacun peut se rendre pour consulter les 17 000 livres, 60 000 gravures, affiches, photographies, diapositives, cartes postales, 1 000 documents audiovisuels, autant de journaux, bulletins et revues. Les plus vieux documents datent du 12ème siècle.

Chaque année, six ou sept expositions différentes y sont organisées. Il est possible également de suivre des stages d'initiation à la généalogie.

Vous pouvez joindre les Archives départementales au 01 69 27 14 14, ou par mail : archi91@cg91.fr

  Retour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Cartes postales anciennes.

Voici quelques cartes postales anciennes, qui vous donnent des aspects de Boutigny au début du 20ème siècle .

La place de la gare,

et la gare

Le pont sur l'Essonne

L'ancien hôtel, aujourd'hui devenu la pharmacie

Le moulin de Boutigny

La rue de Lans (appelée alors rue des Cordeliers)

La porte du Château de BELESBAT

L'ancienne Mairie, sur la route de Milly

La ferme de Marchais

La route de Milly

Le lavoir de Jarcy

La rue de la Ferté Alais

Le tilleul de Jarcy

La route de La Ferté Alais

La passerelle de Jarcy
Une autre vue

Les passages à niveau

Une vue générale

Les carriers

Les cressonnières

La mairie d'aujourd'hui... en 1953

Rue de Milly, le pressoir

En 1923, avant la salle Saint Roch

Rue des Grouettes à Marchais

La rue des Cordeliers, et l'église

Le monument aux morts





Des cartes postales,  et vous pourrez lire le dos de certaines cartes, qui datent de la guerre de 1914-1918.
Et la nouvelle Mairie avec sa décoration et son abondant florissement

Les "lieux-dits"


Un petit rappel de la Définition du mot "lieu-dit" : lieu qui porte un nom rappelant une particularité topographique ou historique.

Voici un plan de la commune de Boutigny avec ses "lieux-dits"

Retour...


































Boutigny vu par les spécialistes.

Voici ce que pense le QUID de notre village.

 

Voici également une carte de l'occupation des sols de la commune, telle que la présente l' Agence d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région d'Île de France. On y découvre que la part de terres agricoles est encore importante sur notre commune, ainsi que les surfaces boisées, situées essentiellement sur le versant de la vallée de l'Essonne.



Retour...

































L'Essonne, notre département.

Blason de l'Essonne


Ici également, le
QUID nous donne son avis sur le département.

L'Essonne comprend un réseau hydraulique intéressant,  notamment la rivière Essonne, qui traverse Boutigny.

Il existe d'autre part en Essonne une Réserve Naturelle Géologique .

Accès au service Internet de la Préfecture de l'Essonne : Cliquez ICI



Retour...

























Le Parc Naturel Régional. et les cressonnières

Notre village a la chance d'appartenir au Parc du Gatinais Francais .

Cette appartenance, permet de garantir le respect des zones naturelles intéressantes, en particulier des zones de marais existant sur la commune, tout en permettant d'assurer un développement harmonieux de la commune et des communes proches.

Voir LE SITE INTERNET DU PARC

La Maison du Parc, du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 :

20 Boulevard Maréchal Lyautey

91490 MILLY la FORET

Tel : 01 64 98 73 93

Fax : 01 64 98 71 90

Email : parc.gatinais-francais@wanadoo.fr



Retour...










 

 

Le jumelage avec LANS

 

Blasons de LANS et de BOUTIGNY

 

  Blason du Tyrol

Le 17 juin 1960, Monsieur BLANCHET, alors Maire adjoint, fut missionné par la commune de Boutigny, par délibération du Conseil Municipal, pour conclure un jumelage avec LANS, village autrichien.

LANS est un petit village de l'INN situé dans le Tyrol, à 900 mètres d'altitude, près d'Innsbruck, au cœur de l'Europe. Ce village de 900 habitants avec ses beautés naturelles, sa verdure, la solitude de ses bois, et les glaciers aux glaces éternelles qui le surplombent, apporte un soupçon de mystère qui rapproche les hommes.

Le 23 avril 1961 est signé le protocole d'accord du serment de jumelage entre nos deux villages par Monsieur VINATIER, Maire de Boutigny-sur-Essonne, et Max ELSÄSSER, Maire de LANS. Le 2 mai 1961, pour commémorer cet  événement international, la fanfare de LANS, dénommée " La Musikkapella", dirigée par Joseph WOPFEN, et ses 34 musiciens, parcourut notre région d'Île de France et donna plusieurs concerts. En hommage à nos Amis de Lans,  l'ex rue des Cordeliers fut baptisée "rue de LANS 24.9.1989.

Depuis quelques temps notre collaboration avec Lans est arretée , une réflexion est reprise en  décembre 2016 avec la nouvelle municipalité

    - le maire  Hrr Christian MEISCHL

  . A suivre


Et leur site Internet : www.lans.tirol.gv.at

Le 40ème anniversaire.

En 2001, à l'occasion du 40ème anniversaire du jumelage, une délégation de Botignacois s'est rendue à Lans - certains en vélo, soit plus de 1200 km à travers l'Europe, une longue équipée!

Les maires de LANS, Monsieur Peter RIEDMANN, et de BOUTIGNY, Monsieur Patrick REDON, lors de l'inauguration de la plaque du jumelage à LANS, le 16 Septembre 2001.

Les valeureux cyclistes qui ont rejoint Lans à vélo


La fanfare de Lans

Retour...





















 

.

  Boutigny, village fleuri

 

Chaque année, Boutigny participe au concours villes villages fleuris. Depuis plusieurs années, grâce aux efforts permanents du Service Municipal des Espaces Verts, le village s'est vu décerner une troisième fleur (12.2003), confirmée en Novembre 2011 et Décembre 2015 qui correspond à un niveau de fleurissement très appréciable et exceptionnel dans notre région.

Reportage photos décorations fleurales saison 2016

Voici quelques photos de fleurissement en 2006, et celles  d'une vue aérienne de boutigny (2008)
Voir les photos du Concours Photos 2007 consacré à ce sujet.
Voir fleurissement en 2014
Fleurissement Boutigny _ Un régal des yeux  - Paysages 2010 Concours fleurissement

Pour commémorer le passage du Tour de France 2003 dans le village, des décorations spéciales avaient été mises en place

L'entrée de Boutigny.

 

La place du village

Retour...

 

 







 

.

  Le Patrimoine

L'Église Saint Barthélémy.

 

L'église de Boutigny date, pour ses parties les plus anciennes, du XIIème siècle.

 
Des photos de l'église

Pour voir quelques photos de notre église, cliquez ICI


La cloche.

 
La cloche de l'église a été fondue sous le règne du roi Henri II, et installée en 1557. Elle pèse 817 kg, et est faite de bronze. Son diamètre est de 1,10 m.

Elle sonne avec un diapason MI n°3, de 326 vibrations, et 1 BAS de 1 coma.

Elle s'appelle "MARIE", et l'on trouve sur ses flans l'inscription suivante :

"La cloche de notre église DE MARIE porte le nom.
Pour jubiler par son parfait le Dieu de paix et d'union l'an 1557"

Une restauration portant sur les oreilles soutenant la cloche sur son mouton, et la recharge au niveau des points de frappe a été effectuée en 1997 / 1998. Un nouveau beffroi a également été réalisé. L'inauguration a eu lieu le 28 mars 1998.

Construction en Calcaire de Beauce
Début XII° - XIII° - XIV° - XIX° siècles
Seuls le transept et la tour carrée  datent de l'église primitive

Hauteur du clocher 26 mètres

Extérieur :

Clocher  XII° siècle :
    - massif, carré , à deux étages, d'architecture romano-ogivale
    - percé de baies romanes, flanqué aux angles de blasons maintenus par des lions de pierre
    - avant juillet 1741, il était dominé par une flèche détruite par un ouragan

Cloche 1567 :  restaurée en 1998

Portail XIII° siècle :
    - flanqué de colonnettes
    - couronné d'un tympan abritant un moulage représentant le "Christ aux outrages" ( original au musée du Louvre)


Intérieur :

Transept XII° siècle 
    - 4 piles massives à double ressaut avec colonnes engagées sur les côtés et colonnettes aux angles ; des ogives massives, profilées au carré, retombent sur les angles des tailloirs de ces colonnettes - Chapiteaux sculptés

Chœur et Abside
    - Résultent d'un remaniement , sans doute vers la fin du XII° siècle

Nef
    - à 4 travées , fin du XIV° siècle . Bas-côtés ajoutés en 1862

Sacristie
    - autrefois au chevet, transférée vers le mur sud, dissimulant un beau portail à colonnettes du XIII° siècle

Peintures 
    - Saint Jean-Baptiste, à droite de la porte principale
    - Saint Sébastien dans le transept gauche , sur le mur de gauche
             Ces deux peintures sont l'oeuvre de WICAR ( 1762-1834)
    - Vierge à l'enfant , don de Napoléon III en 1862 , dans l'abside, chapelle de droite

Statues en bois peint
    - Saint Barthélémy, en regardant la tribune en haut à droite
    - Saint Eloi WVIII° siècle , en regardant la tribune en haut , à gauche
    - saint Jacques le Mineur XVIII° siècle , au-dessus  du portail

Chaire du XIX° siècle

Monuments funéraires

    - dans  l'abside, chapelle de gauche :
                     . à gauche de l'autel, un monument né-gothique de 1837 où repose Catherine Louise Julie de Chestret, marquise de Pons-Rennepont
                      . sur le mur de gauche , un monument de la 2 ° moitié du XIX° siècle , où reposent 3 personnes de cette même famille

Fête patronale : Saint Barthélémy  le 24 Août

Édifice et objets d'art sont inscrite à l'inventaire Supplémentaire des monuments historiques ( ISMH)


               

   Œuvre de maçons du village, l’église de Boutigny apparaît être de la période romano-ogivale. Son clocher massif est un mélange de roman et de byzantin, du plan primitif ne subsiste que le transept et la tour centrale surmontée par une flèche détruite lors d’une tempête en 1741 ( le 3 juillet ). Construite au début du XIIième siècle, les quatre piles massives de la croisée présente le plan bourguignon que l’on trouve à Chateau Landon, formé d’un massif cruciforme avec colonnes sur les côtés et colonnettes dans les angles.

   Le matériau utilisé pour la construction semble être du calcaire de Beauce ce qui expliquerait la vigueur du relief sur les chapiteaux.

   De cette même époque date le portail principal s’ouvrant sur la rue des Cordeliers dont le tympan est pourvu d’un moulage de "Christ aux outrages"  ( l’original se trouve au musée du Louvre ).

   Différents tableaux sont exposés au sein de cet édifice : saint Rémy et saint Sébastien peints par Nicolas Wicar, figure également une vierge à l’enfant, don de Napoléon III,  représentant l’impératrice Eugénie et le Prince impérial.

   La clef de voûte de l’abside présente un ange à la croisée d’ogives; au niveau de la chapelle de gauche se trouve deux monuments funéraires, signe des en sépulturations pour les donateurs à l’église saint Barthélémy, dont le saint patron est représenté par une sculpture  en bois peint du XVII ème siècle.


Le Château de BELESBAT. (Depuis 2012 le site est fermé )
 

Vue aérienne de Château de BELESBAT quelques vues insolites

Bien que situé aujourd'hui sur la commune voisine de Courdimanche, le Château de BELESBAT est considéré par le village comme faisant partie de son patrimoine historique.

Désormais le Château Hôtel est occupé par un golf de 18 trous. Pour en savoir plus sur celui-ci, voyez sa notice :

 

 

Retour...  


Notre BLASON - Son Histoire

 

Délibération du Conseil Municipal du 22 février 1963

 

Réalisation par la Commission héraltique urbaine de Seine & Oise et Monsieur Robert Louis , artiste héraldique, dessinateur symbolique des Services Officiels.

Description héraldique :

BLASON : D'argent à la pyramide de pierres  de sable, maçonnée, d'argent mouvante la pointe, chargée d'un écusson parti d'or et d'azur, à la croix ancrée de gueules brochant sur la partition, la pyramide accompagnée de deux doloires adossées de gueules ; au chef d'or chargé de trois maillets de sinople soutenu d'une devise ondée .

ORNEMENTS EXTÉRIEURS : L'écu timbré de la couronne murale à trois tours crénelées d'or , maçonnée et ouverte de  sable, est soutenu par deux gerbes de roseaux d'or fruités de sable  hissant de quatre burelles ondées d'argent posées en pointe .


Le Logo de BOUTIGNY

 

 

 

 LOGO de BOUTIGNY créé en 1992

 




Le nouvel étendard
 

 

 

 

Le nouvel étendard fut inauguré le samedi 8 mai 2004, avec son traditionnel et légendaire blason.


La croix ancrée est tirée des armes des Cayeux, les doloires sont empruntées au blason de la famille de Renty et les maillets à celui des Mailly ; les tours crénelées évoquent le château féodal, les parallélépipèdes rectangles sur la partie inférieure de l'écu font référence aux nombreuses carrières de grès, la devise ondée et les roseaux symbolisent l'Essonne et les marais qui la bordent .

 




Retour...